Historique

L’ADELITAD a presque 40 ans, voici quelques-unes de ses dates marquantes !

Les prémices de l’association naissent avec la création de l’amicale des diplômés de la formation dès 1979. Très vite et dans un besoin de reconnaissance, l’amicale évolue au profit d’une structure plus encadrée, déclarée au tribunal d’instance, possédant des statuts et produisant des documents administratifs. Elle se dote d’une personnalité morale. Fondée le 26 janvier 1980, l’association se nomme au départ l’ALTAD (Association des Licenciés en Techniques d’Archives et de Documentation).

En 1981, afin d’établir un état des lieux des postes d’archivistes créés et vacants, l’association lance une vaste enquête auprès des entreprises et chambres de commerces et d’industrie. La même année, au cours de l’assemblée générale du 17 octobre, il est décidé d’intégrer les DESS (Diplôme d’Études Supérieures Spécialisées) dans l’association qui devient Association des Dess et Licences en Techniques d’Archives et de Documentation (ADELITAD).

En 1983 c’est l’occasion d’une nouvelle enquête, l’ADELITAD envoie un questionnaire aux villes de plus de 10 000 habitants afin d’établir un état de leurs archives. Cette même année, au cours de l’assemblée générale, devant les problèmes rencontrés par les étudiants pour trouver du travail, il est décidé de rechercher et encourager la création de postes, les diffuser aux diplômés, promouvoir la licence et rédiger un bulletin de liaison.

L’ADELITAD reçoit en 1984  l’appui de M. Duchein pour ce projet (Inspecteur de la Direction des Archives de France), M. Ermisse (président de l’AAF), et de l’université de Haute-Alsace. Parallèlement, le bureau décide d’élaborer une plaquette de présentation afin de promouvoir la licence et le DESS en insistant sur la spécificité et la qualité de cette formation et l’intérêt pour les collectivités locales de faire appel à un personnel qualifié.

En 1987, l’ADELITAD participe au 10 ème anniversaire de la filière  et fait le point sur ses activités : avec 108 adhérents et 7 ans d’existence, elle a su conquérir et développer des contacts dans le monde archivistique pour faire reconnaître le métier et la formation.

Les années 1989-1990 sont marquées par la réalisation de l’annuaire des diplômés de l’UHA depuis 1977, la publication du bulletin Archi’V et la préparation des 10 ans de l’ADELITAD. C’est également l’année où elle présente un recours devant le Conseil d’État contre le monopole de l’École des Chartes dans le recrutement extérieur de la fonction publique.

1991 constitue une année charnière. Des courriers sont adressés à Mme Cresson, alors Premier Ministre et élue municipale, pour que les archivistes de 2ème catégorie en poste soient intégrés dans le cadre d’emploi de la fonction publique des conservateurs sans distinction de seuil. L’ADELITAD se réorganise et crée des commissions constituées d’adhérents afin de mieux associer l’ensemble des membres à ses actions et travailler sur des projets spécifiques : la commissions des statuts, la commission emploi (démarchage auprès des entreprises) et le comité de rédaction des bulletins d’informations. Les archivistes non mulhousiens sont également associés à l’ADELITAD avec un statut d’adhérents associés qui leur permet de participer à la vie de l’association.

Le bulletin de liaison Post Scriptum voit le jour en 1993. Et 1994 marque le début de nouvelles collaborations : l’association CLEAA (Club des Elèves en Archivistique d’Angers) est née.

En 1997, l’ADELITAD participe activement aux 20 ans de la filière en invitant des intervenants, dont notamment les responsables de parcours universitaires en archives mais aussi d’anciens étudiants afin d’animer un débat sur l’avenir de l’enseignement archivistique.

Avec l’an 2000 l’ADELITAD fête ses 20 ans.

L’année 2003 est marquée par la création du collectif A4 qui regroupe alors 4 associations de diplômés en archivistique (ce collectif se nomme aujourd’hui Collectif A8). Puis en 2004 l’association fait ses premiers pas sur internet avec un site internet hébergé chez Free.

L’association est allée à la rencontre d’étudiants de l’Ecole des Chartes en 2010, ces échanges avaient pour but d’établir des revendications communes et mieux se connaître.

En 2017, un nouveau bureau est élu, composé d’étudiantes en M2 et sous la houlette de la présidente qui a conservé son poste afin d’assurer la transition. La création d’un compte Twitter et d’un nouveau site internet compte parmi les premières mesures entreprises, afin de faciliter la communication auprès de ses adhérents et du milieu archivistique.


Pour plus d’infos : Cosson Stéphane. “L’Association des DESS et licenciés en techniques d’archives et de documentation”. In: La Gazette des archives, n°169, 1995. pp. 293-296.

WordPress.com.

Retour en haut ↑